En mars 2018, j'ai réussi à faire adopter près de 70 chevreaux destinés à l'abattoir, depuis un élevage du Finistère. 
Énormément de gens ont répondu à l'appel, et il a fallu faire un tri drastique pour sélectionner des adoptants sérieux.
Comme quoi il y a de la demande pour ces animaux qu'il "faut bien manger pour ne pas se retrouver envahis"...
Aucun végétalien parmi les adoptants, mais plein de gens estomaqués en découvrant le sort réservé aux animaux dans l'industrie laitière. 
Comme quoi la compassion dépasse de très loin l'étiquette "vegan" qui stigmatise, marginalise et terrorise un peu...
À bas les étiquettes, vive les animaux !  

Une dizaine de bébés restent en nursery à la ferme jusqu'à fin mai 2018, dont 4 qui resteront définitivement : 2 mâles (CoinCoin et Panstache) et 2 femelles (Elle214 et Manon de Florette). 

Tous les mâles sont castrés à l'élastique (opération indolore), le but d'un sauvetage n'étant pas de faire ensuite chez soi de la joyeuse reproduction.

 

500 000 à 700 000 chevreaux sont tués chaque année en France au nom du fromage de chèvre, et autant (3500 tonnes) partent directement à l'équarrissage, car morts très jeunes, car non éduqués à prendre la tétine, car pas assez rentables en tant que viande (il y a beaucoup plus de demande pour le fromage de chèvre que pour la viande de chevreau).
(Source : http://www.paysan-breton.fr/2017/08/le-chevreau-parent-pauvre-de-la-filiere/)

 

Pour 1 euro par mois, vous pouvez participer aux frais pour entretenir les 12 biquettes de la ferme, qui ont besoin de lait (pour les petits), foin, paille et vermifuge, en rejoignant le groupe Teaming dédié :)
Les bibis vous disent merci !!!